skip to Main Content

Comment s’aligner sur une trajectoire à 1,5°C ?

En décembre dernier, B&L Évolution, un bureau d’étude parisien en développement durable éditait une étude soulignant les virages à opérer pour parvenir à limiter le réchauffement climatique à une augmentation de 1,5°C.

Cette étude a été synthétisée en une première infographie avant d’être reprise par le site novethic.fr qui a proposé cette version :

À la suite de ces diffusions, les réactions ont été nombreuses et souvent extrêmes. Les uns fustigeant les préconisations envisagées comme un « retour à la préhistoire », une atteinte aux libertés voire un travail d’illuminés. Les autres dénonçant le défaut de considération des industries et la culpabilisation à outrance des citoyens.

Cette étude vise avant tout à considérer un écart colossal entre nos habitudes et les comportements qui permettraient d’épargner la planète, ses ressources et les populations qui portent le poids de toute cette incohérence. Comme il est souligné dans l’infographie originale, les situations politique et économique ne permettent pas d’appliquer une large partie de ces invitations.

Il convient néanmoins de prendre acte de ce fossé afin de faire évoluer sa consommation. Même si cela semble très abstrait, le comportement et l’engagement des consommateurs, dès lors qu’ils prendront plus de poids et se feront plus revendicatifs ne peuvent qu’impacter la production et l’éthique, pour le moins parcellaire aujourd’hui, qui se trouve derrière.

C’est ce que met Pagaléem en avant dans l’évocation de ses ambitions : le modèle de société qui nous est vendu par les publicitaires demeure un fantasme détaché de toute réalité. Il nous incombe, en l’absence d’engagement politique fort en l’état actuel des choses, de faire entendre notre voix, ne serait-ce qu’à travers le vote que nous réalisons avec chaque petite pièce dépensée.

Un slogan lancé en 1995 par la chambre de commerce et d’industrie soulignait que nos emplettes sont nos emplois. C’est toujours le cas mais on peut l’enrichir aujourd’hui en soulignant le fait que nos emplettes sont tout autant notre environnement, notre santé, notre rapport au monde et notre devenir. Cela fait une grosse responsabilité sans aucun doute mais il s’agit là d’une forme d’activisme que les pouvoirs publics n’ont pas encore réussi à dénoncer et pour lequel personne n’a été placé en garde à vue. Profitons-en tant qu’il est temps !

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top